Faire Des Erreurs: Ce Pouvoir Caché

Par Fatima | Booster Son Potentiel

Faire des erreurs, il semblerait que ce soit à éviter à tout prix pour l’école. Tu es du genre à faire beaucoup d’erreurs, en refaire, à rester parfois pendant des heures à essayer de venir à bout d’un raisonnement ? Bonne nouvelle pour toi : c’est excellent pour ton cerveau ! Voyons ensemble ce qui se passe, et pourquoi c’est un pouvoir vraiment puissant…

Les Neurosciences Et La PNL

Les travaux des neuroscientifiques nous aident à mieux connaître comment fonctionne notre cerveau. Ça nous aide (entre autres)

  • à comprendre ce qui est bon ou mauvais pour notre cerveau,
  • à lui donner ce qu’il faut, pour l’aider à se développer facilement.

Et de l’autre côté, il y a un domaine qu’on appelle la PNL (Programmation Neuro-Linguistique), qui étudie comment travaillent ceux qui réussissent, pour modéliser leurs façons de faire. C’est comme quand ta maman fait un super gâteau. Il te plaît vraiment ce gâteau, et tu tiens absolument à ce qu’elle t’explique comment elle fait, limite tu lui dis « explique-moi de A à Z » ! Eh bien c’est du même style. La PNL nous donne des outils modélisés par la réussite des autres, pour qu’on puisse plus facilement améliorer nos habitudes, et aller vers le top de nos propres performances.

Aujourd’hui, on va s’intéresser aux erreurs que l’ont fait. Comme je t’en ai parlé au début, parfois on a du mal à traiter un exercice, et on peut y passer des heures à essayer de le comprendre. A force d’essayer, on finit par se dire qu’on est trop nul… Et lâcher l’affaire. Parfois aussi, il y a des camarades de classe (si on peut appeler ça comme ça), qui se moquent de nous parce qu’on ne sait pas faire, parce qu’on n’a pas su répondre… Et oui, ça nous met mal à l’aise, et ça a tendance à renforcer l’idée qu’on est moins bien que les autres, puisqu’on semble être les seuls à ne pas savoir faire…

Soit ! Comment faire pour s’en sortir ? Et ce qu’on abandonne ? Est-ce qu’on accepte l’idée qu’on serait médiocre, et que c’est la vie ? Essayer ça ne sert à rien, c’est une perte de temps ? Lis jusqu’au bout, tu vas aimer la réponse !

Les Erreurs A l’Ecole

C’est vrai qu’à l’école, on valorise plutôt le fait de ne pas faire d’erreurs. Pour autant, il y a bien plus important : c’est de faire des erreurs!!! Et je vais te prouver que faire des erreurs, non seulement c’est bien plus utile, mais en plus, dès que tu t’autorises à en faire, le niveau qu’on te demande en classe sera automatiquement atteint (voire même dépassé… ça a été le cas pour moi maintes fois !). Tout ça, juste en considérant ton travail comme il doit l’être : un challenge !

Juste une parenthèse, je parle des erreurs involontaires hein, pas des erreurs qu’on fait exprès de faire <img draggable= on est d’accord !

L’Effet d’Une Erreur Sur Le Cerveau

Nous allons infiltrer le cerveau, et voir de plus près ce qu’il se passe, quand on fait une erreur. Eh oui, c’est le meilleur moyen de jauger si c’est une bonne chose ou pas de faire des erreurs, right ?!

Eh bien figures-toi que lorsque tu commets une erreur, que tu te challenges, ou que tu fais quelque chose de difficile, des synapses se déclenchent aussitôt dans ton cerveau!

C’est-à-dire que de nouvelles connexions se font alors, ce qui donne de nouvelles voies : ton cerveau est en train de se développer !

Oui c’est ça : on peut affirmer que lorsque tu te confrontes à une difficulté, ton cerveau, au même moment, est en pleine croissance ! Donc plus tu te challenges, plus tu essaies malgré la difficulté, et plus tu développes ton cerveau !

C’est exactement le même principe qu’en salle de sport, avec les muscles : plus tu fais d’efforts malgré la difficulté, et plus tes muscles grandissent.

Et les Maths sont une activité idéale pour ça, car on est souvent confronté à des choses qu’on n’arrive pas à faire. Et c’est une bonne chose ! Il y a des problèmes en Maths qui n’ont toujours pas trouvé de solutions, et c’est très bien : il y a encore de quoi se challenger, de quoi stimuler son cerveau, quel que soit son niveau <img draggable=

Le Secret Des Plus Grandes Réussites

Des chercheurs se sont intéressés aux personnes qui avaient réalisé les plus grandes réussites. Le but de leur étude était de savoir comment ils ont fait pour en arriver là.

Et ils ont découvert, d’après la Professeure Jo Boaler de l’Université de Stanford, qu’aucun d’eux n’est né avec un cerveau particulier. Par contre, ils ont tous une pratique en commun : ils cherchent toujours à dépasser les limites  de leurs connaissances. C’est-à-dire qu’ils essaient des choses (ils passent à l’action), ils font des erreurs, se corrigent, refont d’autres erreurs, etc… Mais en tous les cas, ils avancent, ils apprennent par leur propre expérience, ils testent, et forcément finissent par réussir !

Je me souviens par exemple de l’histoire de Michael Jordan, le célèbre basketteur, qui faisait toujours 5 minutes d’entrainement supplémentaire par jour. Après l’entraînement, ses co-équipiers rentraient tous. Mais lui, il a décidé de s’exercer plus, d’essayer encore, ne serait-ce que 5 minutes de plus que les autres… On a tendance à dire que ce n’est rien, que ça ne va pas changer grand-chose. Et pourtant c’est lui le génie maintenant, c’est son nom que tout le monde a retenu, c’est son jeu que tout le monde apprécie de voir…

Il y a aussi Bill Gates, qui n’était pas le meilleur de sa classe, mais qui essayait, qui donnait le meilleur qu’il pouvait. Il se trouve qu’il a fini par réussir, en bon milliardaire… et le plus marrant, c’est que ceux qui étaient meilleurs que lui à l’école sont venus postuler pour un emploi dans sa propre entreprise !

Et il y a Thomas Edison, qui a inventé l’ampoule. Mais il a tenté plus de 10 000 fois avant de trouver comment faire ! Toutes ces erreurs l’ont amené à acquérir de nouvelles compétences à chaque fois. Et à force de chercher à s’améliorer, on finit par exceller !

faire des erreurs, thomas edison, je n'ai pas échoué, j'ai simplement trouvé 10000 solutions qui ne fonctionnent pas, le pouvoir des erreurs, je fais beaucoup d'erreurs en maths

Ah oui, je me souviens aussi d’une superbe histoire, qui m’avait aussi scotchée. Après l’avoir lue, je pense que ça va te donner des ailes, et te faire comprendre que chacun a son niveau, tant qu’on bosse et qu’on essaie de faire face aux difficultés, on finit forcément par briller ! C’est une certitude.

Histoire : L’Homme Sans Mail

C’est l’histoire d’un pauvre homme qui avait pour travail de nettoyer les toilettes d’un grand immeuble. C’était son gagne-pain, son père occupait ce poste avant, son grand-père aussi, et il était bien content d’avoir lui aussi un travail pour subvenir à ses besoins.

Le patron, il le connaissait bien, son travail de toute façon était impeccable, bref tout allait bien. Mais un jour, un nouveau patron est arrivé, et des changements allaient forcément s’opérer.

Pour mieux communiquer avec ses employés, ce nouveau patron convoque les employés un par un : il leur demande qu’on lui transmette une adresse mail. Désormais, pour faciliter la communication, des échanges auraient lieu par mail.

Le problème, c’est que notre homme n’a pas de mail. « Je ne sais pas lire, je n’ai jamais appris au vu du métier que j’allais faire» tentait-il de se justifier. Le patron, gêné, lui fait comprendre que malheureusement il ne pourra plus le garder. Il a vraiment besoin de pouvoir contacter chacun de ses employés par mail…

Sans emploi, cet homme se retrouve à la rue du jour au lendemain. Que faire ? Se résigner ? Tenter autre chose et se challenger ?

De passage dans un marché, il achète une barquette de fraise. Il décide de se challenger, et essaye plus loin de la revendre un peu plus cher. Ça marche,  il a gagné 50cts sur celle-ci! Il décide de retenter l’expérience plusieurs fois. Il commence à dégager des bénéfices, et fini par avoir les moyens d’acheter une camionnette pour en vendre encore plus.

L’affaire marche super bien, il finit par importer lui-même des fraises, et à terme, il crée une très grande entreprise dans le secteur de la fraise. Il devient riche, en voilà du succès !

On finit par le convoquer pour une cérémonie, dans laquelle on récompense les personnes qui créent beaucoup d’emploi dans la ville. On lui fait des louanges, son parcours est impressionnant, et enfin on lui demande son mail pour pouvoir le contacter… « Désolé, vraiment, je n’ai pas de mail, en fait je ne sais même pas lire »…

« Hein ? Sérieusement ! Waw, vous ne savez pas lire et vous êtes aussi riche ! Imaginons ce que vous auriez pu faire si vous saviez lire !!! »

« Hum oui ! Si j’avais su lire, je sais où j’en serais : je serais encore en train de nettoyer des toilettes, comme mon père et mon grand-père !!! »

Morale de l’histoire : 

Challenge-toi, confronte-toi aux difficultés, tu acquiers des compétences qui te mèneront bien plus loin que ce que tu ne pourrais espérer !

Clique Pour Tweeter

Comment Apprendre De Ses Erreurs ?

Il y a une technique que j’appliquais pendant mes études, sans m’en rendre compte, et que j’ai pu modéliser grâce une formation de Steve Abd El Karim (de Trans-Formations), sur la communication.

Il y a tout d’abord une première phase au niveau de la conscience. Il s’agit d’avoir une bonne intention. C’est très important, quelle que soit l’action que tu veux entreprendre. Car entre autres, ça met ton cerveau dans de bonnes dispositions pour effectuer la tâche que tu vas lui soumettre.

Donc voilà les 5 étapes toutes simples à suivre au niveau de la prise de conscience :

  1. Avoir une bonne intention avant de commencer. Par exemple, « Tiens, je vais tenter cet exercice sur les Suites. Soit je sais déjà faire et ce sera facile. Sinon ce sera une nouvelle compétence que j’apprendrais »
  2. Passer à l’action. Tenter cet exercice
  3. Une fois l’exercice terminé, on va comparer nos réponses avec la correction. On va analyser ce qu’on a su faire, et ce qu’on n’a pas su faire. En général, à ce moment-là, on est soit fier d’avoir su faire des questions qui nous posaient problème avant. Soit on a fait des erreurs, et des messages comme « j’aurais dû » nous passent par la tête
  4. Après cette analyse, reformuler une autre intention (positive toujours). Par exemple : « Ok, je vais réessayer de faire cette question pour voir si j’ai bien compris », ou « Ok, je n’ai pas trop compris, donc je vais demander au prof au prochain cours »

Refaire cette boucle dans sa conscience autant de fois que voulu. On obtient une boucle de feedbacks, grâce à laquelle on apprend de ses erreurs.

Comment Ne Plus Refaire Les Mêmes Erreurs ?

  1. Passer à l’action. Comme tester un exercice nouveau par exemple
  2. Mesurer l’impact qu’a eu cette action. Il y a l’impact direct (exemple : « je n’ai pas su faire telle question », « j’ai su faire telle question alors qu’avant je n’y arrivais pas » etc). et il y a l’impact indirect (exemple : « ce type de question m’a stressé », « je pensais ne pas pouvoir mais finalement je m’en suis bien sorti.e » etc.)
  3. Qu’est-ce que j’ai appris ? C’est ça qui compte le plus ! Par exemple : « J’ai compris que je n’appliquais pas correctement le raisonnement par récurrence ».
  4. Refaire la boucle pour s’améliorer. Exemple : Retenter ce qui m’a le plus posé problème, avec ce nouveau feedback.

Plus tu vas mesurer l’impact de ce que tu as tenté, et plus tu vas apprendre ! Ainsi, ton temps est investi de la meilleure des façons, et tu acquiers très vite de l’expérience.

Donc ce qui compte ce n’est pas l’erreur que tu as fait. Ce qui compte, c’est qu’est-ce que tu as appris ?

Allez une petite touche d’humour sur le fait qu’on gagne beaucoup à faire partie de ceux qui se trompent

Je Ne Fais Plus d’Erreurs, Que Faire ?

Le jour où tu ne fais plus d’erreurs, il faudra chercher à évoluer. Car ça voudra dire que tu n’apprends plus rien.

Tu peux alors choisir la paresse, la stagnation, voire la régression de ton intelligence. Ou alors tu peux choisir de te confronter à d’autres choses nouvelles, ou à un niveau plus élevé.

Il y a une expression qui dit que « Si tu es la personne la plus intelligente dans la salle, alors change de pièce ! ».

Clique Pour Tweeter

La sagesse derrière, c’est que OK tu peux te vanter d’être le plus intelligent ou le plus malin, mais au fond de toi tu sais que ça ne va pas plus loin ! Car toi tu stagnes, tu n’évolues plus, alors que les autres en face sont en train d’évoluer, de progresser. Donc c’est vraiment relatif à chacun.

Le pire, ce n’est pas celui qui est derrière les autres. Le pire, c’est celui qui n’apprend pas de ses erreurs, celui qui ne cherche pas à apprendre, celui qui n’est pas dans une dynamique d’évolution.

Le Mot De La Fin

Tu l’auras compris, le but n’est pas de rester dans l’erreur. Le but, c’est plutôt de savoir de chaque fois qu’on fait une erreur, c’est une occasion de s’élever, une occasion d’apprendre, une occasion d’être une meilleure version de soi-même… Tout en assurant la croissance de son cerveau.

Soit tu décides de rester à ta place. Soit tu décides d’essayer avec, au pire des cas, de nouvelles connexions dans ton cerveau ! Qu’est-ce que tu décides ?

Applique et partage avec tes ami.e.s, car c’est important que le message passe : « Il n’y a pas d’erreurs, il n’y a QUE du feedback ! »

Il n’y a pas d’erreurs, il n’y a QUE du feedback ! 

Clique Pour Tweeter

OH LAAA LAAAAA !!!

Fais-tu partie de ceux qui n'ont pas encore reçu leur cadeau !?!

Va falloir remédier à ça tout de suite!! On me dit dans l'oreillette que la dérivation, c'est THE chapitre qu'on est sûr de retrouver dans tout examen de Maths... Je dis ça, je dis rien...

En Savoir Plus (clique ici)

> Tu recevras ton cadeau, et environ 1 mail par semaine. Désinscription à tout moment en 1 clic